Une étude de SIMUL indique que les dépenses publiques en santé du Québec pourraient doubler d’ici 2030

18 Décembre 2013

Dans une étude publiée en début décembre, les chercheurs Nicholas-James Clavet, Jean-Yves Duclos, Bernard Fortin, Steeve Marchand et Pierre-Carl Michaud du programme de recherche SIMUL rapportent que les dépenses publiques en santé du Québec pourraient augmenter de 31,3 G$ à 61,1 G$ de 2013 à 2030, passant de 8,4% à 13,5% du PIB et de 42,9% à 68,9% des revenus totaux du gouvernement du Québec. De cette croissance de 29,8 milliards des dépenses publiques en santé, environ 12,3 G$ proviendra des effets du vieillissement de la population, 3,8 G$ sera dû à l’accroissement de la population par l’effet de l’immigration, et 18,2 G$ proviendra de la croissance des coûts structurels des soins de santé. Pour maintenir constante la part des dépenses en santé, il faudrait sous ce scénario augmenter de 60% tous les impôts et toutes les taxes du gouvernement du Québec et ce, tout en supposant que l’assiette fiscale n’en soit pas affectée.

« Les dépenses en santé du gouvernement du Québec, 2013-2030: projections et déterminants« , Note 2013-03 de SIMUL, décembre 2013, par Nicholas-James Clavet, Jean-Yves Duclos, Bernard Fortin, Steeve Marchand et Pierre-Carl Michaud.