Gérer la susceptibilité des insectes nuisibles face aux organismes génétiquement modifiés: une analyse bio-économique

18 Août 2015

Dans un article à paraître dans Canadian Journal of Agricultural Economics / Revue Canadienne d’Agroéconomie, Markus Herrmann en collaboration avec Marion Desquibet de l’École d’Économe de Toulouse analysent l’utilisation de zones de refuge pour des insectes nuisibles afin de préserver leur susceptibilité face aux organismes génétiquement modifiés (par exemple les semences de maïs Bt).  Les auteurs identifient de manière analytique les effets intertemporels des zones de refuge sur la population d’insectes et leur susceptibilité aux semences Bt. La forme de la politique optimale de zone de refuge ainsi que l'extraction complète de la susceptibilité des insectes nuisibles en horizon fini – si elle a lieu – dépendent de manière cruciale des valeurs du surcoût des semences Bt et du coût de “fitness” (mortalité des insectes résistants), ce qui est analysé via des simulations numériques. Les auteurs montrent l'importance de modéliser la dynamique du système biologique de manière exacte, de définir un modèle biologique diploïde (et non haploïde) et d'utiliser un cadre d'analyse en temps discret (au lieu de continu).

"The Dynamics of Pest Resistance Management: The Case of Refuge Fields for Bt Crops", http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/cjag.12071/abstractà paraître dans Canadian Journal of Agricultural Economics / Revue Canadienne d’Agroéconomie