Le PEP reçoit près de 9 millions $ pour le soutien à la recherche dans les pays en développement

6 Décembre 2012

Le Partenariat pour les Politiques Économiques (PEP), du Département d’économique de la FSS de l’Université Laval, s’est vu octroyer une subvention de près de 9 millions $ par le gouvernement britannique (UK Aid) et le Centre de recherche pour le développement international (CRDI) du Canada. Cet octroi résulte essentiellement de la reconnaissance, par les donateurs, du succès de l’œuvre du PEP depuis 10 ans dans les pays en développement.  Ce dernier se spécialise dans la formation, à l’échelle locale, d’économistes capables d’appliquer les méthodes scientifiques les plus avancées pour l’analyse des politiques et enjeux liés au développement socioéconomique dans leur pays.

Le PEP et son impact

Le PEP est un réseau international de chercheurs et d’institutions voués à la formation et la promotion de l’expertise locale dans les pays en développement, pour la définition de solutions mieux adaptées aux contextes qui leur sont propres. Depuis sa création en 2002, le PEP a formé plus de 500 analystes, via 172 projets menés dans près de 50 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Les projets supervisés par le PEP à ce jour ont permis l’analyse d’une grande variété d’enjeux liés à la pauvreté et aux politiques de développement - de l’éducation à la fiscalité, en passant par la santé, le commerce international, l’équité des genres, etc.


Dans plus de 25% des cas répertoriés, les résultats de ces analyses ont d’ailleurs servi à influencer le cours des décisions politiques dans les pays concernés. Les recommandations issues des conclusions des chercheurs PEP ont mené, par exemple, à l’expansion d’un programme provincial de gratuité scolaire à l’échelle secondaire en Chine, et celle d’un programme de cantines scolaires dans les régions rurales du Sénégal; à l’établissement de nouvelles priorités en matière de santé publique au Cameroun; à la rectification d’un programme de transferts monétaires aux plus pauvres en Uruguay; à la réévaluation d’une réforme nationale de l’éducation en Argentine, etc.

John Cockburn, directeur exécutif du PEP et professeur au Département d’économique de l’Université Laval précise : «PEP cherche, en quelque sorte, à renverser l’ordre mondial, pour une meilleure prise en compte des perspectives locales dans les débats autour des grands enjeux de développement économique dans les pays Sud. À ce jour, ces débats ont largement été dominés par les voix d’experts issus des pays Nord; grâce au PEP, celles du Sud gagnent non seulement en crédibilité, mais résonnent aussi de plus en plus fort, tant à l’échelle nationale qu’internationale».

Le PEP et l’Université Laval

Si la gestion du réseau PEP (qui compte plus de 9000 membres à ce jour) s’appuie désormais sur le relai de trois autres sièges régionaux – au Sénégal, aux Philippines et au Pérou – c’est le siège de l’Université Laval et son équipe qui en demeurent le pivot scientifique central. Parmi les professeurs du Département d’économique qui participent directement aux activités du PEP, en plus de son directeur exécutif John Cockburn, se trouvent Bernard Decaluwé, Habiba Djebbari, Jean-Yves Duclos et Guy Lacroix – tous reconnus internationalement comme tenants d’une expertise unique dans la recherche en économie du développement, ainsi que plusieurs professionnels de recherche et étudiants gradués de Laval.

« Nous sommes particulièrement heureux de constater que tous les efforts du PEP et de notre département d’économique sont aujourd’hui récompensés. Il s’agit d’une très belle reconnaissance internationale de l’expertise de la Faculté des sciences sociales dans les domaines du développement économique, notamment pour les pays en développement. Nous souhaitons que cette initiative soit un premier pas vers d’autres partenariats internationaux d’importance », souligne M. François Blais, doyen de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval.

Nouvelle subvention

Les fonds octroyés par UK Aid et le CRDI serviront à subventionner, former et parrainer plus de 70 nouvelles équipes de chercheurs basés dans des pays en développement. L’initiative porte une attention particulière aux pays les plus pauvres à l’échelle mondiale, ainsi qu’aux états dits « fragiles » où les ressources et compétences scientifiques sont reconnues comme étant particulièrement faibles. Les équipes sélectionnées par le PEP entre 2012 et 2015, dans le cadre de cette nouvelle co-subvention canado-britannique, se verront appuyées dans la réalisation de projets d’analyse concentrés plus spécifiquement autour d’enjeux liés aux politiques de croissance et d’emploi dans leurs pays respectifs. Pour plus d'informations, consultez le site internet du PEP.